Le Parisien. Acheter une contrefaçon peut coûter très cher.

Acheter un faux sac Vuitton à Pékin, une copie de Rolex à Marrakech, des imitations de lunettes Gucci ou un polo Lacoste sur un marché d’Istanbul – c’est tentant mais dangereux.

Vous risquez aussi gros que les revendeurs si les douanes vous arrêtent. Car la loi ne fait pas de distinction entre le faussaire et son client. La lutte contre la contrefaçon est devenue une priorité à l’échelle européenne. Dans le cas le plus fréquent, les douaniers se contentent de confisquer les articles contrefaits quand vous rentrez sur le territoire français à l’aéroport ou en descendant du bateau.

Mais les sanctions peuvent être beaucoup plus sévères, car vous risquez jusqu’à 300 000 € d’amende, 3 ans d’emprisonnement selon les dispositions du droit pénal français, s’y ajoutant le risque de faire face aux poursuites de l’entreprise lésée. Les risques sont donc importants.

Mais depuis quelques années, la lutte contre la contrefaçon ne se limite plus aux marques: Les violations de droits d’auteurs (un faux DVD par exemple), la violation de brevets, comme la copie d’un médicament et la violation d’appellations d’origine comme un faux jambon de Parme, fabriqus à Tunis sont aussi condamnées.

Soyez donc vigilants d’autant que les douaniers européens multiplient leurs interventions sur les marchés et dans les foires. Ils sont autorisés à vous fouiller à tout moment, y compris dans votre voiture. Que vous soyez de bonne ou de mauvaise foi, ça n’y changera rien. Sachez que la contrefaçon s’apprécie selon les ressemblances et non selon les différences et il suffit qu’un ou plusieurs éléments repris dans votre sac Vuitton soient susceptibles de créer une confusion dans l’esprit du consommateur pour qu’il y ait contrefaçon.

Évitez donc les solderies improbables cachées dans des petites rues, regardez les finitions, jetez plus qu’un coup d’œil à la notice d’utilisation, la garantie et demandez une facture. Méfiez-vous aussi des contrefaçons sur Internet, car beaucoup de sites sont spécialisés dans la vente de contrefaçon et beaucoup de clients s’y sont faits prendre.