Le Parisien. Assurance scolaire, est-ce obligatoire?

A chaque rentrée scolaire, des millions de parents se posent la même question: faut-il, oui ou non, souscrire une assurance scolaire pour ses enfants ?

Si théoriquement elle n’est pas obligatoire, dans la pratique, de plus en plus de familles y souscrivent. D’après la Fédération française des sociétés d’assurances, près de 7 millions d’enfants seraient couverts par une assurance scolaire.

Concrètement, que ce soit à l’école primaire, au collège ou au lycée, l’assurance scolaire n’est pas obligatoire : elle ne peut être exigée pour couvrir les activités dites obligatoires, ce sont celles qui sont inscrites à l’emploi du temps de votre enfant, comme par exemple, les sorties à la piscine ou aux gymnases.

 En revanche, pour les activités facultatives comme la cantine, les séjours linguistiques ou les classes découvertes, l’assurance scolaire peut être demandée.

Donc, un directeur d’école préférera sans doute en pratique que votre fille, par exemple, dispose d’une assurance, c’est rassurant. Mais rien n’est obligatoire, elle est conseillée. Alors, qu’est ce que garantie l’assurance scolaire?

Et bien, elle garantit les dommages causés ou les dommages subis par votre enfant au sein de l’établissement scolaire et pendant les trajets domicile-école. Donc que votre fils soit auteur ou victime d’un dommage dans ce cadre-là, l’assurance réparera le dommage en question.

Elle paraît assez indispensable : Mais avant d’en souscrire une, vérifiez que votre assurance multirisques habitation ne comporte pas déjà une assurance scolaire.
 Regardez bien, lisez bien les conditions qui figurent sur le contrat : sachez que chaque contrat d’assurance a ses propres conditions, que ce soit une assurance habitation ou une assurance scolaire.

Par exemple, un enfant qui se blesse seul ou qui est victime d’un accident sans qu’un tiers soit identifié n’est pas forcément pris en charge par l’assurance habitation. Surtout, il y a souvent une franchise d’environ 100 euros, ce qui veut dire que les sinistres inférieurs à cette somme ne sont pas remboursés aux parents.

Enfin, renseignez-vous auprès de l’établissement dans lequel est scolarisé votre enfant: il arrive souvent qu’ils souscrivent des contrats collectifs de responsabilité civile pour les sorties scolaires, ce qui diminue l’utilité de l’assurance scolaire individuelle.