Le Parisien. Comment lutter contre le cyber-harcèlement?

Une adolescente sur cinq a déjà été insultée en ligne sur son physique. Plus globalement, 17 % des filles et 11 % des garçons « déclarent avoir été confrontés à des cyberviolences à caractère sexuel par le biais de photos, vidéos ou textos envoyés sous la contrainte et/ou diffusées sans l’accord et/ou reçues sans en avoir envie ».

Le cyberharcèlement ne concerne pas seulement les ados mais aussi les adultes et là encore, surtout les femmes. Une femme sur 10 a fait l’objet d’avances on dira « inappropriée » postés sur le net. Alors il est certain que le net n’a pas crée le sexisme, le harcèlement, cet outil permet néanmoins un impact beaucoup plus important. Car en un clic on peut toucher bien plus de monde que dans la vie de tous les jours.

Pour tenter de contrer les ravages que le net permet d’engendrer, la loi impose aux hébergeurs de sites internet de lutter contre la diffusion de contenu qui incitent « à la haine en fonction de leur sexe ou de leur orientation sexuelle ».

En clair, dès que vous signalez sur le site un contenu illicite, une image ou un texte qui vous blesse, le site a l’obligation de le supprimer. Mais dans la réalité, c’est beaucoup plus compliqué que ça. Car Youtube, Twitter, Snapchat, Facebook, Instagram ne réagissent pas de la même façon et avec la même réactivité en matière de droit à l’image, au respect de la vie privée et en matière de cyberharcèlement. Instagram qui comporte un demi milliard d’utilisateurs, a ajouté cet été un nouvel outil pour combattre le harcèlement.

Instagram, a commencé à permettre aux titulaires des comptes les plus suivis, dont chaque publication attire de très nombreux commentaires, de filtrer les réponses qu’ils reçoivent. Ils peuvent ainsi désactiver complètement l’option commentaires sur certains posts, ou filtrer par mot-clé les réactions de leurs abonnés.

Il reste donc la voie judiciaire en droit de la presse si vous ne parvenez pas à supprimer le contenu qui vous gêne. Et là, c’est le début d’une autre histoire.