Le Parisien. En retard à cause des grèves, que peut vous reprocher votre patron?

Les grèves vous font arriver en retard tous les jours, vous empêchent parfois même d’aller travailler. Est-ce que votre employeur peut vous reprocher ces retards, ces absences ?

En principe, non car il s’agit là d’un cas de force majeure : vous n’êtes pas fautif et l’employeur ne peut prendre aucune sanction disciplinaire contre vous. Mais attention, pour invoquer cette force majeure, vous devrez éventuellement fournir un justificatif de la société de transport si votre employeur en fait la demande.

En revanche, généralement, mais il existe des dérogations, l’employeur n’est pas obligé de payer ces heures d’absence involontaire. Il pourra donc choisir d’effectuer une retenue sur salaire pour les heures non-travaillées et cette retenue sera calculée proportionnellement à la durée de l’absence. Sachez que pour éviter de réduire la rémunération du salarié, l’employeur peut également lui demander de récupérer les heures de travail perdues. Il a aussi la possibilité d’imputer cette absence sur les congés payés, mais seulement avec votre accord. Le recours au télétravail peut également être envisagé à titre exceptionnel lorsque sa mise en place est possible.

Sachez que la même règle vaut pour les heures ou jours d’absence provoqués par les intempéries ou les catastrophes naturelles. Enfin, se pose la question de savoir si vous avez le droit de quitter le travail plus tôt pour anticiper les difficultés de transport. La réponse est négative sauf accord de votre employeur.

Dans la même logique, vous ne pouvez pas refuser un déplacement professionnel pour cause de transports perturbés. Vous pouvez seulement utiliser ce qu’on appelle un « droit de retrait » uniquement s’il existe un danger grave et imminent pour vous comme des chutes de neige inattendues.

Finalement, quels sont les droits pour les salariés en déplacement professionnel bloqués par les transports ?

Et bien, au-delà de la durée initiale de votre mission, votre employeur n’est pas obligé de vous rémunérer les jours supplémentaires. Pour obtenir une rémunération, il vous faudra prouver que vous avez travaillé à distance, par des échanges de mails par exemple. Si vous avez eu des frais d’hébergement et de repas sur place, votre entreprise sera alors obligée de vous rembourser intégralement, sur la base du coût réel et sans plafond, à condition, de fournir des justificatifs datés.