Le Parisien. Les recours en cas d’annulation de séjour.

Et si vous deviez annuler vos vacances in extremis pour des raisons indépendantes de votre volonté ? Comment se faire rembourser ? est-ce qu’il faut souscrire une assurance annulation quand vous réservez vos vacances ?

Avant tout, vous devez savoir qu’en payant avec une carte bancaire haut de gamme, comme Gold MasterCard ou Visa Premier, le voyageur dispose dores et déjà d’une telle assurance. Les agences de voyage ou les compagnies aériennes proposent aussi une assurance annulation. Elle fonctionnera si vous-même ou un de vos proches tombiez malade ou pire décèderait. La maladie qui vous empêche de partir, doit impliquer des conséquences lourdes comme « la cessation de toute activité professionnelle » ou le « maintien à domicile ». Ce sera le cas par exemple pour une jambe cassée, mais pas pour une foulure.

L’assurance annulation jouera également si le voyageur subissez un licenciement économique, entre la conclusion du contrat et son départ, ou, au contraire, si, entre ces échéances, vous obtenez un emploi de salarié ou un stage rémunéré, alors que vous étiez inscrit au chômage, ou encore si vous vous voyez imposer une mutation géographique ou une modification de la date de vos congés payés. L’assurance annulation marchera, enfin, si vous êtes victime d’un préjudice matériel (incendie ou dégât des eaux) dans votre habitation ou dans vos locaux professionnels.

Dans la réalité, faire jouer cette garantie s’avère parfois plus compliqué qu’il n’y parait. La faute à la liste impressionnante d’exclusions de garantie et de clauses restrictives. Épidémies, grèves, sport à risque ne sont pas couverts, tout comme l’annulation du fait de l’organisateur, les risques de guerre, d’émeutes ou d’actes de terrorisme. Certains contrats excluent également le « simple fait que la destination est déconseillée par le ministère des Affaires étrangères ».

Attention aussi aux contrats qui ne précisent pas ce que la notion « grave » inclut dans le cas d’une maladie ou d’un accident.

De même, n’oubliez pas qu’une franchise est souvent prévue et renseignez vous sur son montant avant de signer. Enfin, si vous n’avez pas d’assurance et que vous devez annuler vos vacances, vous pouvez demander le remboursement au vendeur, en invoquant un cas de force majeure. Il demeure toutefois très rare qu’un événement soit qualifié de force majeure car la jurisprudence exige qu’il soit à la fois insurmontable, imprévisible et extérieur. Une panne de voiture, par exemple, peut être surmontée. Dans le cas d’un séjour acheté en agence, vous devrez alors payer des frais d’annulation progressifs. Plus la date du départ est proche, plus ils seront élevés.