Le Parisien. Tout comprendre sur la dépénalisation du cannabis.

Le cannabis est LA drogue la plus consommée à travers le monde. Plus de 20% de l’ensemble de la population adulte en Europe en a déjà consommé.

A la vue de ce phénomène de société, on ne peut que se poser la question de la légalisation ou non du cannabis. Alors quels arguments avancent les défenseurs / les « Pro » de la « légalisation » ?

Selon eux, le cannabis ne serait pas plus nocif que l’alcool ni le tabac et ils proposent un modèle calqué sur celui de la vente du tabac en France. En droit pénal, la loi pourrait donc permettre à l’Etat d’exercer le monopole de la vente du cannabis, d’assumer les coûts de la prévention et des soins qui y sont liés.

Les défenseurs de la légalisation ajoutent que cette légalisation serait une source potentielle de revenus et d’emplois non négligeable et porterait un coup à la criminalité organisée.

D’autres arguments proviennent du corps médical lui-même, car depuis les années 2000, plusieurs pays dans le monde, le Canada, les Pays-Bas, le Royaume-Unis, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, Israel et 23 Etats des Etats-Unis dont la Californie, et bien ces Etats ont légalisé l’usage médical du cannabis, on appelle ça le cannabis thérapeutique : le corps médical élit les patients et les pathologies à qui ont peut administrer du cannabis thérapeutique comme par exemple les patients en chimiothérapie ou encore ceux souffrant de sclérose en plaque.

Face à de tels arguments, quels sont les arguments des « Contre », des « Anti » légalisation ?

La première crainte exprimée par les Anti légalisation est celle de la hausse de la consommation. L’argument se base notamment sur l’exemple des Pays-Bas où le cannabis est toléré depuis 1976, et où la consommation a effectivement augmenté. Mais les chiffres en question sont basés essentiellement sur le tourisme lié au cannabis qui s’est développé autour des coffee shops.

Le deuxième argument avancé est que la légalisation du cannabis en France pourrait envoyer un mauvais signal aux consommateurs, en particulier chez les jeunes et risquerait de banaliser son usage.

Finalement, le troisième argument se fonde sur les risques pour la santé car les études scientifiques indiquent que le cannabis peut être nocif pour une certaine catégorie de personnes. Chez les plus jeunes, en fumer pourrait entraîner une diminution du QI, le quotient intellectuel et des capacités cérébrales notamment lorsqu’on prend le volant de sa voiture.

Enfin, dernier argument avancé par les opposants de la légalisation : Les détracteurs de la légalisation craignent que le commerce légal de cannabis ne tombe dans les mains du crime organisé, qui switcherait d’un commerce illégal à un business légal. Ce commerce illégal étant actuellement encadré par les dispositions du droit pénal français. L’Etat ferait donc affaire avec la mafia, qui pourrait exercer ses activités impunément.

Vaste sujet.