Parole d’avocat : l’espionnage dans le couple

L’espionnage entre conjoint, concubin, petit ami, est devenu monnaie courant et un français sur cinq admet avoir déjà regardé dans le téléphone ou l’ordinateur de son partenaire.

En principe, les mails, les SMS relèvent du secret des correspondances et leur lecture à l’insu de leur destinataire constitue une réelle atteinte à l’intimité de la vie privée de cette personne.

Cependant, il existe quelques rares circonstances dans lesquelles on peut admettre la consultation de ces messages. En matière de divorce par exemple, la preuve se fait par tous moyens. Pour prouver un adultère, les juges pourront prendre en compte une correspondance échangée entre un conjoint et un tiers au mariage s’ils constatent que ce SMS ou ce mail, n’a pas été obtenu par violence ou par fraude.

Pour être plus précise, Monsieur oublie son téléphone sur la table de nuit, téléphone sans code, Madame pourra y avoir accès, sans difficulté. En revanche, il est tout à fait interdit d’espionner la messagerie de son partenaire ou de l’espionner tout court à la maison.